Assurance auto

L’assurance pour tout conducteur d’un « véhicule terrestre à moteur » est obligatoire (article L211-1 du code des assurances). Vous devez donc, au minimum vous assurer au tiers.

Mais au fait, quels sont les contrats proposés par les assureurs ?

Au tiers : C’est l’assurance à minima. Elle ne garantit que la responsabilité civile du conducteur. D’ailleurs, la vraie appellation de ce type de couverture est l’assurance en responsabilité civile. Si le chauffeur est responsable d’un accident, le contrat au tiers autorise le remboursement et l’indemnisation de tous les dégâts matériels et humains causés à l’exclusion des dommages subis par le conducteur lui-même et par le véhicule assuré. Attention il y a deux exclusions : conduite sans permis ou dommages intentionnels. Mais fonctionne en cas d’emprunt ou de vol d’un véhicule. On choisira le contrat au tiers pour une auto dont la cote Argus est faible (en général pour un véhicule de plus de cinq ans).

La formule intermédiaire : Comme son nom l’indique, c’est un contrat aux couvertures supérieures à celui au tiers, mais inférieures à celui tous risques. En général, ce type d’assurance a les mêmes caractéristiques que le contrat au tiers, mais couvre en plus le bris de glace, le vol et l’incendie du véhicule (avec franchise) et dans certains cas l’assistance dépannage et remorquage.

L’assurance tous risques : La plus complète, donc la plus chère. Elle concerne surtout les voitures neuves ou en très bon état avec une forte cote de revente. Elle couvre tous les risques dont certains peuvent être en option (catastrophes naturelle ou technologique, attentats et actes de terrorisme).

Quelques compagnies prévoient également un « remboursement à neuf ». Mais le contrat peut exclure tout remboursement en cas de conduite sous l’emprise de l’alcool, même si vous n’êtes pas en tort.

Enfin, n’oubliez pas la franchise : quel que soit le contrat souscrit, c’est la part qui sera à votre charge. Plus elle est élevée, plus la cotisation baisse et elle est variable en fonction des contrats, des zones géographiques et des compagnies. Surtout, ne négligez pas ce paramètre dans le choix de votre assureur. Par exemple, un assuré victime d’un sinistre qui a causé la destruction de son auto d’une valeur de 5000 € et qui a une franchise contractuelle de 400 € ne sera remboursé que de la somme de 4 600 €.

Dans tous les cas, quels que soient votre profil et la cote de votre véhicule faites jouer la concurrence sans oublier d’avoir en mémoire votre zone géographique. Vous devez savoir si vous résidez dans une zone à risques (Paris intra-muros par exemple) ou à moindres risques, d’ailleurs il est obligatoire de signaler à son assureur un déménagement.

Assurer son auto peut donc devenir un véritable casse-tête. Le mieux est de passer par un comparateur en ligne. C’est le meilleur moyen, sans vous déplacer, d’étudier les contrats proposés par les 25 grands assureurs, dont 6 mutuelles opérant sur le territoire français.